Patrick Bezier : changer les mentalités face à la culture !

changer les mentalités face à la culture

Patrick Bézier, un amoureux de la culture et des artistes, confie ses inquiétudes sur le devenir de notre univers culturel, si les mentalités n’évoluent pas.

Une carrière consacrée aux problématiques humaines dans le secteur de la culture

C’est à Radio France que Patrick Bézier entame sa carrière en 1980 en qualité de chargé de la réglementation des personnels. Elle se poursuit ensuite à Radio Monte-Carlo (RMC) où il occupe le poste de directeur administratif, financier et des ressources humaines. En 1991, il rejoint la chaîne TV « La Cinq » en tant que directeur des ressources humaines. Il assure simultanément la fonction de délégué général de l’ANDRH (association nationale des directeurs des ressources humaines).

C’est en 1998 qu’il devient directeur général du GRISS (groupement des institutions sociales du spectacle) puis occupe les mêmes fonctions chez Audiens à partir de 2003. Il quitte ce poste courant 2018, mais reste dans le groupe Audiens et devient président d’Audiens Care (offre de soins et de prévention).

Un goût précoce pour la culture

Enfant, il rêvait de diriger un orchestre en écoutant de la musique classique à la radio. Il abandonne rapidement ce projet et se tourne vers le droit, les sciences politiques et la sociologie électorale. Hervé Bourges qu’il rejoint à RMC et qu’il considère comme son mentor lui insuffle le goût d’entreprendre sans jamais se laisser décourager par les difficultés rencontrées. Il ancrera ses précieux conseils au plus profond de sa mémoire et les mettra en pratique pendant toute sa carrière.

Dans une société qui se transforme et qui se mondialise d’une manière inexorable, il s’inquiète de voir la culture française menacée face à des plateformes numériques multinationales qui fleurissent et tentent de dominer tout l’univers. De ce constat, il déduit que notre société doit construire un nouveau modèle culturel.

Culture et Citoyenneté

En 1991, il publiait « Sauver la culture, protéger pour mieux créer » aux Éditions Nevicata. Ce récit, accompagné de plusieurs entretiens, mettait déjà en avant la crise profonde que traversait la culture française et européenne. Une crise qu’il qualifiait alors d’existentielle plutôt qu’économique. Il a la profonde conviction que dans un monde qui connait de nombreuses turbulences, la culture demeure une source essentielle pour l’épanouissement et le progrès des civilisations.

La révolution numérique, nous dit-il, a permis la création de plusieurs réseaux sociaux qui sont des lieux d’information et de partage des connaissances. Ils ont bouleversé d’une certaine manière les traditionnels médias, mettant souvent en doute les nouvelles diffusées par la presse écrite. Ils sont devenus pour certains internautes les seuls détenteurs de la vérité. Malheureusement, ils sont également pourvoyeurs de fausses nouvelles qui se propagent régulièrement de manière virale. Confronté à ces nouveaux médias, il faut bien reconnaitre que notre modèle culturel actuel n’est plus adapté. Il nécessite une réflexion profonde en matière d’éthique et une réactivité plus soutenue pour faire face au déferlement d’informations en continu.